Situation sociale et économique de l’Algérie : Le constat peu reluisant du RCD

Un véritable tableau noir de la situation de politique, sécuritaire, sanitaire, économique, sociale et financière a été dressé par le RCD. 

« La crise multidimensionnelle que traverse le pays s’aggrave de jour en jour », a en effet relevé son président Mohcen Belabes, dans son allocution prononcée ce vendredi à l’entame des travaux du Conseil national du parti.

« Les dommages qui en résultent n’ont jamais été aussi visibles, nuisibles et désespérants pour les acteurs économiques, les travailleurs et les citoyens en général » a déploré Mohcen Belabes.

Il a dans ce sens rappelé qu’après les pénuries, en oxygène dans les hôpitaux, en liquidités dans les banques et en eau dans les robinets, « les risques de tension et de pénurie sur des produits alimentaires de large consommation synonyme de flambée des prix sont hélas une réalité durement ressentie par de larges pans de la société et risque de s’aggraver ».

Le président du RCD en veut pour exemple, les prix des féculents, des légumes, des œufs, de la viande blanche, du lait, de la semoule et des pattes sont hors de portée pour une grande partie des algériens qui ont augmenté de façon vertigineuse ces derniers temps.

Ce n’est pas fini. Selon le RCD, la baisse significative de la production locale en céréales, déjà très réduite, et surtout mondiale de blé alors que notre pays importe près de 90 % de ses besoins en matière de blé tendre augure de réelles difficultés d’approvisionnement extérieur et des risques de spéculations dans les circuits de distribution internes.

« L’inquiétude est grande, d’autant plus que le gouvernement ne semble pas prendre la mesure de l’ampleur du problème et se complait dans l’inaction et les incantations », met en garde Mohcen Belabes pour qui, les répercussions sur la vie des populations ne peuvent que compliquer une situation politique et sociale à la base intenable.

« Ce ne sont pas les discours chimériques sur la souveraineté et l’indépendance politique nationales qui changeraient le cours des choses. Tout le monde sait que la souveraineté nationale et l’indépendance politique d’un pays se mesurent par la capacité de l’Etat à assurer un maximum de biens et de moyens, en toute circonstance, pour les populations. Le défi est dans la conquête de la prospérité économique, principalement dans les domaines agricole et alimentaire », a encore soutenu le président du RCD.

Y.O

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer