Relations Algérie-France: La Droite française veut revoir les Accords de 1968

Les Sénateurs français du Parti Les Républicains (LR) présenteront, jeudi matin, une proposition de dénonciation de l’Accord franco-algérien de 1968.

Ils ont toujours estimé que l’accord favorisait les Algériens. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’oppose pour l’instant à cette éventualité.

Ces accords donnaient en effet le petit avantage aux Algériens : ils ouvrent droit à une carte de séjour de 10 ans et à exercer des activités commerciales qui ne sont pas forcément permises à d’autres émigrés issus de pays en dehors de l’Union européenne.

Mais en contrepartie, les étudiants algériens sont par exemple interdits de travailler plus de 50% du temps de travail permis en France; un droit dont jouissent des étudiants d’autres pays.

Puis, cet accord a subi au moins trois lifting depuis 53 ans. Il a souvent été révisé en accord entre les deux gouvernements.

Pour pousser le gouvernement français à « faire pression » sur les autorités algériennes, des personnalités de la droite et de l’Extrême Droite, en plus de l’ancien ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, ont multiplié les interventions médiatiques.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a penché plutôt pour une révision de l’accord. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est venu récemment à Alger.

Akli O.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer