Législatives anticipées : vers un rejet du RCD

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), tient ce samedi 20 mars une session ordinaire de son Conseil national. A l’ordre du jour, la question de la participation ou non aux élections législatives anticipées convoquées pour le 12 juin prochain.

Mais, à la lecture des propos tenus par Mohcine Belabbas dans son allocution d’ouverture, le parti se dirige droit vers le rejet des élections.

« C’est sur ce fond fait de répression, de maintien en prison de détenus d’opinion, de restriction des libertés individuelles et collectives et de régression économique et sociale que le pouvoir en place, disqualifié à deux reprises par un boycott massif et historique des urnes, s’apprête à jouer une nouvelle tragi-comédie électorale les douze juin prochain », a déclaré le président du RCD.

Le ton est donc donné aux membres du Conseil national qui devront adopter en fin de journée, une résolution sur la question.

Mohcine Belabbas accuse les tenants du pouvoir qui, selon lui, son « incapable d’ouvrir un dialogue sérieux pour aller à une véritable transition démocratique et faute de ne pouvoir neutraliser le Hirak par la répression », de « parier l’avenir du pays sur l’option du pourrissement ». « Les prémisses de violences programmées et orchestrées par les officines habituelles sont déjà là », met-il en garde.

Par ailleurs, Belabbas qui a succédé à Saïd Sadi en 2012, puis réélu pour un deuxième mandat en février 2018, ne se portera pas candidat lors du 6e congrès du parti prévu en 2022.

« Pour ma part, pour mettre tous les militants au même niveau d’information et quels que soient les modes d’organisation que le congrès adoptera, il est de mon devoir d’annoncer aujourd’hui devant notre instance dirigeante entre deux congrès que je ne serais pas candidat à la direction du parti lors de ce 6ème congrès », a-t-il affirmé.

Aziz.T

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer