De Macron à Zemmour, cette France qui se cherche un ennemi…

Selon un article du journal le Monde qui relate une rencontre jeudi 30 septembre 2021 entre le président français Macron et des jeunes descendants de parents qui ont vécu la guerre de libération nationale (1954-1962), le président français a estimé qu’après son indépendance en 1962, l’Algérie s’est construite sur « une rente mémorielle », entretenue par « le système politico-militaire ».

En réponse, nous disons à Monsieur Macron que c’est plutôt le système politique Français,avec toutes ses tendances qui essaye  depuis longtemps de profiter de la problématique mémorielle, pour juguler  une société française en constante défrichement.

À titre d’exemple, je citerai ce débat pris tout récemment sur Facebook,engagé par l’institut Montaigne et qui donne une idée sur cette réelle  problématique.

Questions posées : Qu’est-ce qu’être Français ?Existe-t-il une ou plusieurs identités françaises ? Comment adapter notre héritage, divers et multiséculaire, à un monde en bouleversement continuel ? Sur quelles bases vivre ensemble en France au XXIe siècle ?

Toutes ces questions, l’Institut Montaigne les propose à l’ensemble des Français.

Cela dénote qu’il y a un réel problème d’identité, car le France d’aujourd’hui a perdu les repères d’une nation, c’est pourquoi les pouvoir publics français s’appuient sur le mémorielle et l’identité comme seuls sujets pouvant canaliser une société qui rejette dans sa globalité les Gaulois comme ancêtres.

L’identité et la mémoire sont devenues des catégories omniprésentes du répertoire politique français.

Ce ne sont plus des concepts utilisés par l’observateur pour décrire analytiquement et objectivement des phénomènes dont les acteurs n’ont pas forcément conscience, mais des catégories centrales du discours public, servant à poser des finalités et des outils de l’action.

La manifestation qui réunira le CRIF, le CRAN, les divers collectifs d’Antillais, les Indigènes de la République, l’association Devoir de Mémoire, les Ogres de Dieudonné, les associations de harkis, les anciens combattants d’Algérie, les filles à burqa et les jeunes gens de la Ligue de défense juive etc… en est la preuve.

Autant de discordes dans la société française actuelle, que seul son entretien, par un encouragement quasi-permanent d’un débat soutenu par l’ensemble des courants politiques qui se battent pour le pouvoir en France,en espérant le canaliser à leur profit . En somme c’est cela qu’on appelle une rente mémorielle.

Quant à nous Monsieur Macron,nous n’avons qu’une seule identité elle est  Algérienne forgée par une lutte commune constante de toute la composante de la société  qui vit sur cette terre en s’opposant à toutes les invasions y compris la vôtre.

La seule rente mémorielle que tout le peuple Algérien veut entretenir, elle est au profit des générations actuelle et future, afin qu’elles n’oublient jamais les atrocités d’un colonisateur barbare peu connu dans le monde qui est encore une fois le vôtre.

Quant à la question du président français ; « Est-ce qu’il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? En rappelant qu’il y a eu « de précédentes colonisations » en allusion à l’Empire ottoman.

Nous disons à Monsieur Macron : le peuple Algérien a accepté de vivre sous l’empire Ottoman par conviction au nom de l’islam et non pas par la domination, et l’extermination comme  furent vos actes et faits mémorisés, que nous entretenons effectivement comme rente.

En fait, les déclarations du président français ne dérangent guère en Algérie, car on n’est pas dupe. Nous savons très bien qu’elles sont liées à la campagne présidentielle en France pour couper l’herbe sous le pied d’Éric Zemmour, un petit journaliste polémiste qui marche sur les plates-bandes de l’extrême droite et se dit décidé à être candidat.

Quelle honte!  pour un président qui veut se maintenir au pouvoir pour un deuxième mandat en inversant les faits, dans l’espoir de drainer les extrémistes de la droite,  les revanchards, et les traîtres qui vivent sur son sol.

Nous disons en outre à monsieur Macron,que  ce peuple Algérien avec toute sa composante conduite par l’amazigh Tarek ibn Ziad  a participé à  construire une civilisation  en Andalousie, leurs parents étaient capables de construire une grande nation si ce n’etait votre colonisation barbare.

Nous disons enfin à Monsieur Macron, que ceux qui vous ont demandé de présenter des excuses au peuple Algérien ont commis une erreur d’appréciation, car logiquement, quand l’agresseur est vaincu on n’a pas besoin de ses excuses.

A bon entendeur

Docteur Rafik Alloui

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer