Ce système qui se régénère !

L’impression est tenace , celle qui suggère que quelques sacrifices , quelques efforts sont consentis ça et là , mais on tourne toujours autour de l’essentiel.

La justice enfile sa tenue des grands marathons et accélère la cadence en ouvrant très larges les volets de cette fenêtre qui donne sur le mouvement populaire en pleine effervescence .

Elle tend l’oreille à ce peuple qui crie et qui fournit les noms de ceux qui doivent partir surtout . L’institution judiciaire prend l’appel au vol et répond par une série de convocations VIP adressées aux intouchables d’une république presque disparue et  dont on a failli dire qu’elle etait déjà ancienne .

N’étaient ce encore ces restes arrogants qui persistent à rappeler ces mauvais temps et qui semblent résister à la tempête en se refugiant derrière le parapluie trop mouillé d’une constitution dont le fond en a fait un outil de complicité légale.

Aujourd’hui encore le chef d’État a rappelé aux algériens qu’ il s’efforce de travailler lui aussi. Ses coups de balai  effacent l’un après l’autre , les amis choisis de L’ancien président.  Dernier en date , Hebba El Okbi secrétaire général à la présidence  il se voit limoger comme dans une suite logique qui devra néanmoins s’arrêter quelque part !

Le puissant Hamid Melzi , gérant en chef du royaume de Club des pins tombe à son tour et rejoint la liste des symboles d’un système que l’on tente d’effacer.

Maigre récolte pour la mobilisation populaire. Cette dernière revendique un passage à la démocratie , à la transparence et la naissance d’une nouvelle république . Revendication que l’on tente encore de réduire à la chasse de quelques têtes .

À un chapitre d’une chronique judiciaire filmée et aux acteurs consentant le rôle de suspects, le temps d’un tournage politique .

La diversion entre en scène et offre le spectacle public d’une guerre contre les ennemis du peuple.  Ennemis économiques . Ceux qui ont été soupçonnés de detournements et d’abus de position .

Beaucoup de bagages  des Bouteflika , aussi lourds les uns que les autres semblent déguerpir.  On gardera les meubles et peut être les livres .

Une couche de peinture aux couleurs du hirak sur les murs de la présidence serait également au menu des changements.

L’essentiel étant de maintenir les murs intacts et bien en place ! Quant au régime , il devra survivre aux nouvelles couleurs !

Karim A

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer