Réserves de change de l’Algérie : Une richesse tenue secrète…

Alors que les Algériens découvrent les chiffres clés des recettes du pays que renvoie la structure du commerce extérieur pour 2022, aucune information n’a été rendue publique sur les réserves de change.

Le secret est total . Habituellement c’est le président de la république lui même qui en faisait l’annonce.

Mais pas cette fois puisqu’au cours de son dernier discours fait à l’occasion de la récente rencontre gouvernement-walis , le chef de l’État a rendu publics beaucoup de chiffres , sans pour autant aborder cette question.

Il a surtout mis en évidence le record des exportations hors hydrocarbures, attendu à 7 milliards de dollars.

Abdelmadjid Tebboune est revenu également sur le rééquilibrage de la valeur du dinar qui a gagné de sérieux points à la faveur des « signaux qui sont passés au vert». Il a en outre cité le chiffre de 17 milliards de dollars représentant l’excédent de la balance commerciale du pays.

Le chef de l’État qui a rappelé les prédispositions de l’Algérie à rejoindre le groupe des BRICS tout en indiquant que l’amélioration de la croissance figure comme objectif prioritaire , n’a à aucun moment évoqué les réserves de change.

Tout semble laisser à penser qu’il  réserve cette annonce pour d’autres occasions .

Pourtant , avec le retour de l’embellie financière découlant de l’envolée des cours des hydrocarbures , d’une part et de la maîtrise de la réduction de la facture d’importations d’autre part, le niveau des réserves de change qui constitue un élément d’information stratégique s’est confortablement apprécié.

C’est ce volume de matelas devises  qui explique d’ailleurs que le dinar ait pu ainsi sensiblement se raffermir.

Selon les estimations les plus pessimistes , l’Algérie afficherait pas moins de 70 milliards de dollars à la fin de l’année. Alors que d’autres lectures plus optimistes vont jusqu’à prédire le chiffre de 90 milliards de dollars !

Autrement dit, de 44 milliards de dollars en 2021, les caisses du pays auront au minimum doublé en 2022.

Il faut savoir qu’avec ce niveau de devises, l’Algérie pourrait consolider sa place au chapitre des pays les  sûrs sur le continent.

Classée deuxième en Afrique, en matière de niveau de réserves de change, l’Algérie devrait supplanter cette année l’Afrique du Sud qui trônait jusqu’ici sur le podium.

R.E

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer