Pour un examen « non sanctionnant » du DEMS, les médecins résidents se mobilisent .

Pour un examen « non sanctionnant » du DEMS,

La mobilisation des médecins résidents candidats à l’examen du DEMS (Diplômes d’études médicales spéciales) de médecine, pharmacie et médecine dentaire, pour abroger son caractère sanctionnant, se poursuit.

Un hashtag«#dems_classant_non_sanctionnant» a été lancé sur les réseaux sociaux, afin d’attirer l’attention du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Des dizaines de photos de médecins en tenue de service, accompagnées dudit hashtag, sont partagées sur facebook.

L’examen du DEMS est organisé à la fin de la formation de spécialité des médecins résidents. Son obtention ouvre la voie au médecin pour accomplir son service civil à la fin duquel il pourra récupérer son diplôme de spécialiste.

Pour l’année universitaire 2020/2021, la session normale est fixée du 7 au 25 février, tandis que la session de rattrapage aura lieu entre le 14 et le 25 mars 2021.

Les médecins résidents réclament « la suppression du caractère sanctionnant » de l’examen et d’en garder que le caractère classant pour le choix des postes. Ils estiment « n’avoir pas assez de temps pour la préparation », en raison de leur « maintien » dans les services hospitaliers, pour faire face à l’épidémie de coronavirus.

Leur cause a même atterrit à l’APN. Un député MSP de la wilaya de Djelfa, Lakhdar Brahimi en l’occurrence, a sollicité « l’intervention » du Premier ministre Abdelaziz Djerad.

Aziz Tizi

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer