Moderniser le secteur ferroviaire national : Ce qu’en pensent des experts

La longueur du réseau ferroviaire national devrait passer de 4.200 km actuellement à 6.300 km à «court terme» puis à 12 500 km après la finalisation de tous les programmes d’investissements supervisés par l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF), selon le programme tracé par le ministère des Transports. 

Pour ce faire cependant, les spécialistes s’accordent à insister sur l’impératif de «mobiliser des ressources financières conséquentes ».

« Des moyens financiers considérables devraient être mobilisés pour moderniser le réseau ferroviaire et renforcer les moyens de transport des voyageurs et des marchandises», ont en effet recommandé les experts et les participants à la journée d’études sur les perspectives de développement des chemins de fer en Algérie, tenue à Alger.

Ces recommandations émises jeudi à l’issue de cette rencontre organisée au siège de l’Institut national des études de stratégie globale (INESG) en collaboration avec le ministère des Transports, portent également sur la révision «en hausse» de la dotation allouée à l’entretien des infrastructures, et ce, en conformité avec l’évolution du réseau ferré.

Les intervenants ont mis l’accent sur la modernisation, l’extension, le dédoublement et l’électrification du réseau exploité et l’introduction d’un système moderne de télécommunication.

Par ailleurs, ils ont insisté sur la nécessité de mettre en place un schéma national des transports qui englobe tous les modes (maritime, routier, aérien et ferré).

Ils ont préconisé dans ce sens de «rééquilibrer» le rail par rapport à la route et développer l’intermodalité.

Soulignant encore une fois le rôle «prépondérant» des chemins de fer dans le développement économique, les intervenants ont insisté sur la nécessité de connecter les zones industrielles et les zones d’activités par le chemin de fer.

Ils ont proposé, en outre, la révision et l’adaptation de la loi 90-35 relative à la sécurité, l’usage et la conservation dans l’exploitation des transports ferroviaires, pour faire face aux nouveaux défis engendrés par le développement du réseau ferroviaire national.
Il s’agit également d’actualiser le schéma national d’aménagement du territoire (SNAT), de sorte à assurer une cohérence entre les différents schémas sectoriels.

Y.O

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer