Les importations sous la loupe de la présidence de la république

C’est une première : le président Tebboune préside l’institution d’un Haut conseil pour la régulation des importations.

Le chef de l’État a également présidé une réunion de la haute commission de contrôle des déclarations douanières et des opérations commerciales.

La nouveauté réside dans le fait de la naissance de ce haut conseil dédié à réguler les importations du pays, voire à donner à cette filière un caractère sensible au regard à son poids et son impact tant bien sur les ressources en devises du pays que sur l’ensemble de la configuration économique.

L’importance stratégique accordée à ce volet est d’ores et déjà soulignée par le fait que cette nouvelle structure est placée sous la présidence du premier magistrat du pays qui a toujours prôné dans ses discours l’impératif de freiner la saignée des réserves de devises sous prétexte des besoins d’importation lesquels n’étaient pas souvent justifiés ni au sens économique ni au sens commercial.

Désormais, l’importation ou plus spécifiquement l’accès à la devise bancaire devra suivre un canal plus rigoureux où l’exigence de l’opportunité se doit d’être démontrée.

Le système ainsi recherché tend à mettre en place un filtre destiné à n’accepter que des importations utiles.

Dans le prolongement de la démarche ainsi engagée, la commission de contrôle des déclarations douanières et des opérations commerciales , c’est surtout la lutte contre les surfacturations et autres malversations financières qui est inscrite comme objectif.

Enfin, il faut savoir qu’en 2022, le total des importations du pays a été de 39 milliards de dollars dont 14 milliards de produits exclusivement destinés à la revente en l’état.

A.A

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer