La rue Libyenne s’enflamme et marque son opposition à tout rapprochement avec I’entité sioniste

Najla Al Mangoush, la Ministre des AE suspendue et soumise à enquête.

C’est le flou le plus total.

Tout est parti lorsque des médias israéliens et même européens ont rapporté une information sur une rencontre qui a réuni la cheffe de la diplomatie libyenne Najla Al Mangoush avec son homologue israélien .

Rencontre qui s’est tenue le semaine dernière à Rome sous les auspices du ministre italien des AE, Antonio Tajani.

Effet de bombe !
Le communiqué sorti des AE israéliens évoque une rencontre «inédite».

De son côté, le ministère des AE libyen a tenté de clarifier les choses et préfère parler d’une rencontre « fortuite » qui n’a à aucun moment été planifiée. Il ajoute que « Najla Al Mangoush a refusé de s’entretenir avec une quelconque partie représentant l’entité Israélienne et demeure catégoriquement ferme sur cette question».

Pour autant la situation demeure confuse.

Les Israéliens qui se sont précipités à fuiter l’affaire pour se vanter de ce qu’ils ont considéré comme un début de processus de rapprochement, ont vite fait de revenir sur les faits pour déclarer qu’ils n’étaient pas à l’origine de ces fuites.

En Libye , la réaction de la rue n’ a pas tardé. Les manifestations ont explosé dans plusieurs villes contre cette rencontre et toute tentative visant à normaliser avec Israël.

Ce qui a contraint le gouvernement de Abdelhamid Debeibah à pondre en urgence une décision rendue publique. La cheffe de la diplomatie Libyenne est désormais suspendue et fera l’objet d’une enquête diligentée par le
Ministère de la justice.

Al Mangoush a-t-elle fait cavalier seul dans cette manœuvre pour servir de bouc émissaire par la suite ? A-t-elle agi avec l’appui du gouvernement qui a fini par la lâcher devant la pression de la population?

La question reste posée….

R.A

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer