Il relève du Forum des pays exportateurs de gaz: l’Institut de recherche sur le gaz inauguré à Alger

Le siège de l’Institut de recherche sur le Gaz (GRI), relevant du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), dont le 7e Sommet se tient à Alger du jeudi 29 février au samedi 2 mars, a été officiellement inauguré jeudi à Alger.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a présidé la cérémonie d’inauguration de l’Institut, implanté au bâtiment  »B » au siège du ministère de l’Energie et des Mines, en présence du Secrétaire général du Forum, Mohamed Hamel, du directeur général de l’Institut, Azzedine Adjeb ainsi que de hauts responsables du secteur.

L’Institut de recherche sur le Gaz a pour mission de fournir un cadre de collaboration scientifique et technologique en favorisant l’échange d’informations, d’innovations, de meilleures pratiques et de formations, en sus de faciliter le transfert et le développement de la technologie tout au long de la chaîne de valeur du gaz.

L’Algérie a été choisie à l’unanimité, lors du 6e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du GECF, tenu en février 2022 à Doha (Qatar), pour accueillir le siège du GRI.

Crée en 2018, le GRI a déjà tenu 15 réunions de son comité scientifique et a déjà élaboré son premier projet, lequel concerne les gaz torchés. De plus, il a organisé deux ateliers, sur les gaz torchés et sur l’hydrogène.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait appelé, devant le 6e sommet du GECF, tenu en 2022 à Doha (Qatar), à « exploiter l’Institut algérien de recherche sur le gaz pour relever le défi du développement technologique de cette énergie et trouver les solutions technologiques afin d’améliorer sa qualité ».

Début 2023, un accord a été signé entre le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger et le GECF pour qu’Alger abrite le siège du GRI, après que les pays membres aient pris cette décision lors d’une réunion du Forum, tenue en 2017 à Moscou.

Durant la cérémonie de signature, le secrétaire général du GECF, Mohamed Hamel, avait alors souligné qu’il est attendu de cet institut qu’il devienne graduellement « une plateforme de coopération dans le domaine technologique et un outil efficace de développement des partenariats avec les centres de recherche et les universités au niveau des pays membres et au niveau des centres similaires à travers le monde ».

M. Hamel avait également indiqué que le choix porté sur l’Algérie pour abriter le siège du GRI a été fait à l’unanimité, considérant que « cela constitue une reconnaissance quant au rôle important de l’Algérie au niveau du GECF, et une reconnaissance pour sa maitrise des techniques les plus avancées d’exploitation de gaz naturel, d’autant que le pays est leader en matière de gaz naturel depuis 1964, ce qui lui a permis de maitriser l’ensemble de la chaine de production ».

Pour sa part, le directeur du GRI, Azzedine Adjeb, avait fait savoir récemment que cet institut constituera une valeur ajoutée pour le secteur à travers la recherche d’outils technologiques nouveaux permettant de développer l’industrie gazière, assurant qu’il jouera « un rôle primordial » dans ce secteur.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer