Généralisation du paiement électronique: Méfiance et résistance des commerçants

Face à la crise de liquidité que rencontre l’Algérie ces derniers mois et qui persiste toujours ,le gouvernement  a adopté la procédure du paiement électronique qui sera généralisé d’ici fin de l’année 2020.

Mais devant l’indifférence des commerçants qui ne semblent pas trop enthousiastes dans cette démarche, Ce mardi , Brahim Boumzar, ministre de la Poste et desTélécommunications, s’est exprimé lors d’une journée de sensibilisation dédiée au paiement électronique et a dressé un premier constat : En dépit de la gratuité des terminaux de paiement électroniques (TPE), les commerçants ne se sont pas pressés pour les obtenir, selon lui.

Il a même précisé que la réussite de ce dernier dépendrait de l’effort collectif des citoyens.

Dans ce contexte, Brahim Boumzar, a affirmé que l’utilisation du paiement électronique via le TPE, le QR Code ou le web marchand est « tout à fait sécurisée » et sera « gratuite ».

« Afin d’encourager les citoyens à utiliser davantage le paiement électronique, les transactions financières effectuées par les citoyens via le TPE (terminal de paiement électronique), le QR Code (paiement depuis un smartphone) et l’internet (site marchand) seront gratuites (sans aucun frais ou taxes supplémentaires) ».

Il a rappelé, à ce propos, que le dernier délai pour l’acquisition des TPE par l’ensemble des commerçants, artisans et professions libérales est fixé au 31 décembre prochain, affirmant que le gouvernement est « résolu » à promouvoir l’utilisation de tous les moyens de paiement électronique, afin de propulser l’économie nationale.

Concernant le QR code, il a expliqué que c’est un nouveau service de paiement qui consiste, pour le consommateur, à scanner depuis son smartphone un QR code affiché au niveau de la caisse du magasin ou points de vente et lui permettra ainsi de payer le montant de ses achats par un transfert instantané d’argent de son compte CCP ou bancaire vers le compte du commerçant et cela sans frais ou taxes supplémentaires.

« L’avenir du commerce électronique dépend de la généralisation des TPE dans les différentes transactions », a-t-il soutenu et « Remporter le pari de la généralisation du paiement électronique permettra de faire de grands progrès et d’améliorer les services publics ».

Dans cette stratégie menée par les deux ministères : le Commerce ainsi que les Postes et Télécommunications et dont le gouvernement insiste sur sa généralisation, on oublie le problème majeur, le maillon faible dans ce cercle ; c’est le débit internet dont l’Algérie souffre déjà depuis des mois.

Pour aboutir avec cette stratégie il nous faut un réseau internet adéquat, de technologie moderne, que cette culture numérique soit placée et cultivée progressivement dans le quotidien du citoyen Algérien qui n’a confiance que dans ses pièces de monnaies qui résonnent bien fort dans sa poche.

Nadi. K

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer