Flambée de l’Euro et des « experts » du noir…

Flambée d’experts auto-décrétés dans la finance et l’économie qui vont déployer leur savoir pour nous expliquer qu’il s’agit là d’une « chute du dinar » en ajoutant que ce serait la conséquence directe d’un recul économique du pays!

C’est dire que dans le marché parallèle, il n’y a pas que des devises ou des biens qui s’y échangent en Hors taxes illimité. On peut y trouver des experts parallèles et même des écoles.

Pour certains autoproclamés sommets de l’expertise, si l’euro a atteint ces derniers temps un record flambant face au dinar (1 euro vaut plus de 240 dinars) les raisons viendraient du fait de la raréfaction de la devise sur le marché informel.

Intervenant à visage découvert, ces apprentis aux limites indéfinies affirment détenir des informations selon lesquelles « de gros fortunés sont en train de rafler le marché en procédant à des achats massifs de devises dans le but de les transférer à l’étranger ».

Autrement dit, nous sommes invités à suivre cet explicatif puisé de la fiction et à adhérer à ce scénario qui suggère donc que ces gros bonnets se sont donnés le mot pour orchestrer de tels achats.

Ces soi disant candidats au voyage sans retour, auraient donc procédé par une action presque concertée, en décidant du jour au lendemain à aller se débarrasser de leurs milliards de dinars contre des euros !

Triste lecture de la part de ces analystes improvisés, trop portés sur les romans Hollywoodiens !

Des lectures passant par des chemins de l’idiotie analytique allant jusqu’à laisser entendre que ces acheteurs se préparent déjà à faire sortir leurs devises hors frontières ! Par quel moyen? Ils ne le diront pas.

Suggérer qu’un baron du marché noir inconnu des registres du fisc irait prendre le risque de faire fuir sa devise par porteur ou par valise dans ce contexte particulier de rigueur des contrôles et de durcissement des peines liées aux mouvements de capitaux et d’infractions au change – mesures sérieusement dissuasives – montre le niveau de naïveté de ceux qui s’aventurent dans ces analyses à «deux sous».

Les grosses fortunes  non identifiées au sens fiscal ne prendront jamais le risque de se laisser découvrir. L’hypothèse des achats massifs est nulle et non avenue.

La plus grosse part des devises qui a quitté le pays de manière illégale ne s’est jamais faite par porteur ou par valises.

C’est surtout et essentiellement par le biais de fausses opérations d’importations, voire des opérations alibi entourées de surfacturation que les transferts illicites se font . Sous le regard perdu des lois et des hommes.

Pour revenir à la flambée de l’Euro et non pas la chute du dinar tel que suggéré il est utile de relever que le phénomène est lié à l’approche du mois de Ramadhan entre autres et la multiplication des offres proposées par les agences de voyages notamment pour la Omra.

Une forte demande sur l’euro émanant aussi bien des agences et professionnels de la Omra a provoqué l’envolée des cours.

Ajoutons à cela , le recours des citoyens au marché parallèle pour se procurer la devise dans le but de s’approvisionner en médicaments et autres pièces de rechange introuvables ces derniers temps sur le marché.

Il est donc prématuré de se hasarder également à déduire qu’il y a une raréfaction de la devise du fait du durcissement des mécanismes de contrôle sur les surfacturations.

Une telle conclusion nécessite un temps d’observation d’au moins une durée égale à la moitié d’un exercice ( 6 mois ).

D’ici là, il est tout aussi précieux de ramener les  experts à leur juste valeur. Celle du réel. Et non celle du…noir.

K.A

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer