Espagne: condamnation de 3 hommes détenteurs d’un hélicoptère transportant du cannabis du Maroc

Trois hommes qui avaient acheté un hélicoptère pour transporter du cannabis du Maroc vers l’Espagne en 2014, ont été condamnés par la Cour suprême espagnole à des peines de prison allant de 17 mois jusqu’à 5 ans et des amendes atteignant un million d’euros.

Ces peines avaient été prononcées au préalable par un Tribunal provincial qui a condamné le copilote à 4 ans et 9 mois de prison et à un million d’euros d’amende pour délit contre la santé publique.

L’un des participants à l’achat de l’hélicoptère a été condamné à 5 ans et 9 mois de prison, ainsi qu’à une amende d’un million d’euros et le troisième à 17 mois de prison et 100.000 euros d’amende en raison de son état de santé, rapporte l’agence Europa Press.

Les événements remontent à avril 2014, lorsque deux des prévenus – l’un précédemment reconnu coupable de trafic de drogue et l’autre atteint de schizophrénie chronique- se sont rendus chez un notaire de Gérone pour acheter un hélicoptère pour 45.980 euros avec l’intention de l’utiliser pour « transporter des substances stupéfiantes du Maroc vers l’Espagne ».

Deux autres hommes, qui faisaient office de pilote et de co-pilote, étaient chargés de déplacer l’hélicoptère vers Saragosse, puis vers Tolède et enfin vers Estepona.
La Garde civile espagnole a localisé l’hélicoptère huit mois plus tard, un petit matin au cours duquel deux des accusés faisaient le trajet aller-retour de Malaga au nord de Tétouan (Maroc).

Les agents ont réussi à intercepter l’hélicoptère et à arrêter le co-pilote. Sept colis contenant du cannabis, d’une valeur de 337.346 euros, ont été saisis.
L’année suivante, une saisie et une perquisition ont été effectuées à l’adresse d’Algésiras de l’acheteur de l’avion. De l’argent liquide, une compteuse de billets, un GPS, deux coupures de journaux liées au trafic de drogue, un manuel de pratique de vol, un ordinateur et une clé USB, entre autres objets, ont été saisis.

Le Maroc est toujours cité quand il s’agit de trafic de drogue et d’êtres humains vers l’Europe, notamment depuis l’Espagne et ses deux enclaves de Ceuta et Melilla, seules frontières terrestres entre l’Afrique et le Vieux continent.

Le rapport mondial sur les drogues 2022, publié par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), avait indiqué que le Maroc était toujours à la tête des principaux pays d’origine et de départ de la résine de cannabis, ce qui fait du royaume le premier producteur et exportateur mondial de cette drogue.
La culture du cannabis représente ainsi la plus importante source de devises dans l’économie du pays.

Et le rapport 2023 de l’ONUDC a relevé que le développement des itinéraires de la cocaïne vers et à travers le Maroc pourrait avoir été « facilité par des itinéraires de longue date pour le trafic de résine de cannabis vers l’Espagne ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer