Démission collective de 29 médecins à Khenchela

 

Pas moins de 29 médecins ont  démissionné à l’EPH (Établissement public hospitalier), Saadi Maamar Cherchar, de Khenchela, lundi, dénonçant « une mauvaise gestion » de la directrice.

Dans leur démission collective, accompagnée de leur liste de signatures avec leurs propres griffes, les médecins affirment avoir pris cette décision « après une grève d’une semaine » suspendue le 24 janvier dernier.

Pour les raisons de leur action, les démissionnaires évoquent notamment « la marginalisation » du Conseil scientifique, des médecins et des chefs de service, en plus « des transferts abusifs sur la base de vengeance ».

À ces raisons s’ajoutent « les attaques violentes et accusations contre les médecins », précisent-ils dans leur courrier adressé au DSP.

Sur le plan des conditions de travail, les démissionnaires dénoncent « l’insécurité, les visites anarchiques des malades, le manque de propreté et la médiocre qualité des repas servis ».

Cette démission intervient, hélas pour les malades de cette wilaya, en plein quatrième vague de la pandémie de Covid-19, devant un silence total des autorités.

L’on ignore jusqu’à présent si le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, est au courant ou non de cette démarche dont l’annonce s’est propagée comme une traînée de poudre sur les pages facebook locales de la wilaya de Khenchela.

Quoi qu’il en soit, en attendant peut-être une intervention du département concerné, le malade reste l’unique perdant.

Aziz T.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer