Cours du pétrole : « Ils ne dépasseront pas les 55 dollars le baril en 2021 », analyse Abdelmadjid Attar.

Pas du tout rassurant.

Les pays dont les rentes proviennent essentiellement des hydrocarbures, à l’instar de l’Algérie, ne peuvent pas compter sur un éventuel rafraichissement des cours du pétrole, du moins au cours de cette année 2021, selon les prévisions du ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar.

« La situation énergétique est liée à la situation sanitaire, et il est impossible que le prix du baril dépasse 60 dollars au cours du premier semestre 2021 », a en effet affirmé ce lundi 25 janvier 2021, le ministre de l’Energie lors de son intervention sur les ondes de la chaîne I de la Radio nationale.

En revanche, Abdelmadjid Attar, s’attend à ce que les cours se « stabilisent » autour des 55 dollars le baril.

Qualifiant les décisions de l’OPEP et l’OPEP+ d’historiques, Abdelmadjid Attar, a rappelé dans ce sens que la décision de l’Arabie saoudite de réduire sa production d’un million de barils/jour et de ne pas dépasser les deux millions de barils/jour pour les pays de l’OPEP+ ont permis de renouer avec l’augmentation progressive des cours du baril.

Quant à l’Algérie, dont le pétrole a atteint 42 dollars au cours de l’année 2020, malgré l’impact de la pandémie sur les prix, ses pertes sont estimées à 10 milliards de dollars alors que la reprise des cours est « conditionnée » à la réussite des campagnes de vaccination et la reprise également des vols aériens, donc la réouverture des frontières.

Y.O

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer