Boycott des produits français: Un avertissement de bonne  » foi ».

« Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent », avait déclaré Le chef de l’Etat français qui s’était exprimé le mercredi 21 octobre lors d’un hommage au professeur Samuel Paty, assassiné après avoir fait un cours sur la liberté d’expression lors duquel il a montré des caricatures du «Prophète Mohamed ».

Des propos qui ont suscité la colère de la communauté musulmane dans le monde entier.

Des Musulmans de France et autres affichent leur sentiment d’indignation face à cette déclaration et l’exposition de caricatures du prophète de l’islam sur les murs de bâtiments publics , une action, qu’ils prennent pour de l’islamophobie.

La révolte…Retrait des produits des magasins et semaine culturelle annulée. La Turquie, l’Iran, la Jordanie ou encore le Koweït ont dénoncé la publication des caricatures du Prophète. L’Organisation de coopération islamique, qui réunit les pays musulmans, a désapprouvé « les propos de certains responsables français susceptibles de nuire aux relations franco-musulmanes ».

Sur les réseaux sociaux, les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis vendredi, à travers les hashtags en arabe.

L’AFP (L’agence France-Presse) a toutefois constaté plusieurs indices de boycott effectif à travers le monde arabe.

Au Qatar, les chaînes de distribution Al-Meera et Souq al-Baladi ont annoncé qu’elles « retireraient » les produits français des magasins jusqu’à nouvel ordre.

Au Koweït, des images montrant les fromages Kiri et Babybel retirés des rayons de certains magasins ont été relayées sur les réseaux sociaux, Une soixantaine de sociétés coopératives, qui sont de grands distributeurs au Koweït, ont annoncé un boycott des produits français, a précisé à l’AFP le vice-président de la Fédération des coopératives, Khaled al-Otaibi. « Nous avons retiré tous les produits français, à savoir les fromages, crèmes et cosmétiques des rayons et les avons restitués aux agents agréés de ces marques au Koweït », a-t-il expliqué.

En Jordanie, le Front d’action islamique (opposition) a aussi appelé au boycott.

Outre les produits alimentaires,sont visées les marques de luxe ou bien même le pétrolier Total.

A Khan Younès, dans la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d’habitants ; des manifestants ont brûlé des photos d’Emmanuel Macron et appelé à la défense du prophète et de l’islam.

En Algérie, plusieurs pages sur les réseaux sociaux et des personnalités publiques ont manifesté leur soutien à cette initiative.

Face à ce vent de colère, la France a appelé ce dimanche les gouvernements des pays concernés à faire « cesser » les appels au boycott de produits français et à provenant, selon les autorités françaises d’une « minorité radicale », leur demandant aussi d’« assurer la sécurité » des Français vivant sur leur sol.

D’après des experts ; « Il est regrettable qu’il ait choisi d’encourager l’islamophobie, Le président Macron aurait pu jouer l’apaisement et refuser l’espace aux extrémistes plutôt que de créer une polarisation et une marginalisation supplémentaires qui conduisent inévitablement à la radicalisation…Surtout que la France est un pays laïc qui sépare l’État de la religion , même au temps des évènements liés aux caricatures de Charlie Hebdo, les autorités françaises ne se sont pas inscrites dans cette logique… ».

L’initiative continue à prendre de l’ampleur. Elle devrait certainement être pesante sur l’économie Française surtout en plein temps de pandémie, Les pays du Golfe, notamment le Qatar, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, comme beaucoup d’autres pays arabes , représentent un marché de plus en plus important pour les exportations de l’industrie agroalimentaire française pour tout ce qui est produits laitier et céréales et un marché glorieux pour les produits de luxe…

Mais ces même pays qui ont appelé au boycott des produits français, sont ils en mesure de les remplacer par des produits « production locale» ?

Assurer un « Closed Economie » compter sur soi pour assurer l’autosuffisance en matière d’alimentation et minimiser la dépendance extérieure ?

Ces mêmes pays prendront ils La voie singulière du développement économique de la Malaisie, sont-ils capables de joindre l’Indonésie dans sa force économique ?…Une initiative dont il faut assumer les conséquences.

Nadi. K

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer