Aymen Benabderrahmane, nouveau premier ministre: Le défi Economique

Fin de suspense. Ou du moins de ce qui devait l’être.

C’est sur l’ex ministre des finances , Aymen Benabderrahmane que le choix a été finalement arrêté pour succéder à Abdelaziz Djerrad, en qualité de premier ministre .

Un communiqué de la présidence a officiellement annoncé ce mercredi la nomination de Aymen Benabderrahmane à ce poste , au lendemain des législatives.

La même source poursuit en précisant que le nouveau Premier ministre a été chargé de mener les consultations avec les partis politiques et la société civile en vue de la formation du nouveau gouvernement.

Ce qui met fin à tous les scénarios imaginés et surtout suggerés par ceux qui se disaient bien informés en soutenant que Djerrad allait être reconduit . On avait surtout insisté sur le nom de l’actuel patron du CNESE , donné comme succésseur assuré de Djerrad.

Il est vrai aussi que le nom de Aymen Benabderrahmane avait circulé dans certains milieux. Mais son manque d’expérience au niveau des  rouages politiques dans ce climat tendu n’accréditait pas trop cette piste.

Les enjeux étant trop lourds , l’expertise financière de Aymen Benabderrahmane semblait ne pas trop suffire à le voir propulsé au rang de premier ministre.

Et c’est finalement ce profil de financier, relativement jeune et représentant un tant soi peu l’image du nouveau responsable pratiquement détaché de l’ancien système qui a joué en faveur de sa nomination. L’enjeu de l’heure étant économique par excellence . À travers cette nomination, Tebboune confirme sa préoccupation première , celle qui devient urgente, voire menaçante pour la stabilité du pays; la donne économique dont les signaux sont tous au rouge.

Ancien gouverneur de la banque d’Algérie, Aymen Benabderrahmane, 60 ans occupait depuis le 23 juin 2020 à ce jour le poste de ministre des finances dans le gouvernement sortant d’Abdelaziz Djerad.

En  juin 2019, il avait été fait   gouverneur de la banque d’Algérie, en remplacement de Amar Hiouani qui en  assurait l’intérim.

En gros il fera sa carrière dans les finances notamment à l’IGF ( inspection générale des finances) avant de rejoindre la banque d’Algérie en 2010 où il occupera le poste de censeur.

Nadi. K

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer